Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Connexion

IRAA | ​Institut de Recherche sur l'Architecture Antique (IRAA) - USR 3155 (AMU-CNRS, UPPA, Lyon 2)

IRAA​Institut de Recherche sur l'Architecture Antique (IRAA) - USR 3155 (AMU-CNRS, UPPA, Lyon 2)

Directeur : François Quantin


Disciplines : Archéologie de l’architecture ancienne, principalement antique​

Domaines de compétence :

L’IRAA, présent à Aix-en-Provence, Lyon, Pau et Paris, a pour mission l’étude et l’interprétation des monuments et de l’urbanisme antiques. L’objectif est d’établir l’état actuel d’un monument ou d’un site au moyen d’un relevé topographique prolongé par un relevé de détail (plans, coupes et élévations) des vestiges en place, afin de produire une analyse stratigraphique, stylistique et historique de l’architecture, et de proposer des restitutions des différents état(s) ancien(s) en exposant clairement partis pris et incertitudes. L’analyse architecturale de la construction, l’étude du décor, de l’épigraphie et des contextes topographique et historique conduisent à une compréhension globale du monument.
L’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique, créé sous le nom de « Service d’Architecture Antique » en 1957, a été organisé, dès l’origine, en bureaux répartis sur le territoire. Aujourd’hui, l’Unité est portée principalement par le CNRS et AMU (MMSH), mais aussi par l’Université Lyon 2 (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) et par l’Université de Pau & Pays de l’Adour (Institut Claude Laugénie). À côté des programmes thématiques spécifiques, l’IRAA est de plus en plus amené à développer des activités d’expertise, en France et à l’étranger, à la demande des partenaires de la recherche archéologique : services du Ministère de la culture, INRAP, collectivités locales, instituts français à l’étranger, directions de l’archéologie des nombreux pays dans lesquels l’IRAA intervient.
La programmation de l’Unité repose sur des axes problématiques et scientifiques fondés sur la chaîne opératoire que nous défendons, afin de résister à la fragmentation technique qui affecte les travaux actuels sur l’archéologie de l’architecture, et qui, par exemple, conduit à dissocier le bâti des choix formels. En voici une présentation succincte :

Programme 1. L’archéologie de l’architecture antique et les technologies numériques : 

​​expériment​​ations, amélioration des outils d’acquisition des données, exploration des nouvelles formes de publication, réflexion déontologique. La prise en compte manifeste du numérique s’inscrit dans la continuité de réalisations récentes menées par les architectes et les chercheurs du laboratoire qui ont vocation à créer des outils numériques innovants dans une dynamique d’archéologie expérimentale.

Programme 2. L’étude des matériaux et des techniques de construction (le chantier, l​​a concepti​​​on et la réalisation des monuments, les métiers et les financements)

Cet axe, dans lequel se déploie le programme de l’ANR intitulé GAD (Géologie et architecture à D​élos) dirigé par Jean-Charles Moretti (IRAA-Lyon), a pour finalité d’analyser toutes les étapes de la mise en œuvre de la pierre dans l’architecture et dans la sculpture sur plusieurs sites majeurs. L’approche relèvera à la fois de l’analyse des ressources naturelles et de l’histoire des techniques et aboutira aussi à une approche des aspects économiques et sociaux du travail de la pierre.

Programme 3. Architectures ancienn​​​es et ​​​​sociétés

Cette dimension ancre fermement les travaux de l’IRAA dans le champ des sciences humaines et sociales auquel appartiennent pleinement l’archéologie et l’histoire de l’architecture. Dans la tradition des travaux de Roland Martin, Pierre Gros ou Xavier Lafon, l’objectif est ici d’exploiter les données de l’archéologie de l’architecture dans une perspective d’histoire des sociétés, du politique et des religions anciennes.

 

Iraa (site web)  http://iraa.cnrs.fr/