Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Connexion

De la fabrique des autorités religieuses

Séminaires inter-laboratoires | 2018-2019

De la fabrique des autorités religieuses : 

qualifications, légitimations et ancrages des « clercs » de l'islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée


Responsable(s) scientifique(s) : Katia Boissevain (Idemec), Marie-Laure Boursin (CHERPA/Idemec), Franck Frégosi (CHERPA), Sabrina Mervin (CéSOR), Norig Neveu (Iremam).

Thématique : Réflexion interdisciplinaire sur les transformations à l'œuvre dans la construction de l'autorité des clercs religieux dans les trois religions du Livre et les conséquences sur leurs profils, leurs circulations, leurs modes de légitimation et leurs modes d'intervention dans l'espace public.

Mots-clefs : Autorité religieuse – Formation – Légitimation – Mobilité – Espace public.


 Télécharger le programme [Pdf]


Objectifs et problématique

La question de la formation des « autorités religieuses » fait débat dans les pays où religion et État sont séparés, et porte souvent sur une « bonne distance » à trouver entre autonomie complète et droit de regard mesuré. Qu'en est-il lorsque l'État se définit comme détenteur d'une légitimité religieuse ? La gestion de la diversité religieuse apparaît comme une problématique partagée en Méditerranée et au-delà et la plupart des États sont confrontés à l'émergence de revendications et attentes de la part de fidèles d'obédiences diverses. Depuis la fin du XIXe siècle, les institutions religieuses et leurs représentants connaissent d'importants changements, à la fois internes et externes, dus à des contraintes politiques (loi 1905 pour la France, fin du califat ottoman, apparition du réformisme musulman, etc.) qui redistribuent leurs implantations et leurs prérogatives. Les institutions doivent alors négocier leur place face aux nouvelles structures étatiques (régimes communistes, révolution iranienne et création de l'État d'Israël) tout en devant gérer la formation de leurs clercs, selon des hiérarchies, des modes de transmissions et des rapports de forces propres aux différents contextes historiques.

Quelles sont les institutions de formation, quels curricula proposent-elles et à qui s'adressent-elles ? Quels sont les acteurs de la transmission et de sa pérennisation ? Au-delà de la formation des clercs, de l'institution et du diplôme, nous prendrons en considération toute forme de transmission d'un savoir érudit, mais aussi d'un charisme ou d'un savoir être, faire et dire. Le séminaire a mis en lumière la multiplicité des curricula proposés aux clercs, entre religions mais également en son sein. Selon les périodes, les contextes historiques, les publics et les territoires, différentes disciplines sont enseignées : sciences religieuses, sciences humaines, savoirs encyclopédiques, enseignements mystiques, maîtrise des langues. Aussi, les supports de formation s'adaptent aux évolutions technologiques : prêches, initiations, cassettes, vidéos, sites internet, etc. Les curricula sont également révélateurs des attentes des institutions et des personnes qui les mettent en place : écoles traditionnelles, centres de savoir ésotérique ou exotérique, associations ou encore universités. Ceci pose la question du rôle du politique dans l'élaboration de ces curricula et nous aborderons, dans une perspective comparatiste, l'idée d'une sécularisation de la formation des clercs et ses conséquences à différentes échelles. C'est également le lien entre dynamiques locales de formation et inscriptions des parcours dans des logiques transnationales qui sera investigué au cours des séances, à travers les circulations des hommes, femmes et manières de faire.


Ce séminaire propose ainsi d'interroger, de manière comparative, les transformations à l'œuvre dans la formation des clercs religieux et les conséquences sur leurs profils, leurs circulations, leurs modes de légitimation (islam, christianisme et judaïsme en Méditerranée). Pour ce faire, une attention sera portée, selon les contextes, aux profils des clercs masculins et féminins quant à leurs qualifications, afin d'interroger les compétences en actes et les savoirs mobilisés. Ensuite, étant donné l'implantation transnationale des institutions et de leurs lieux de formation, nous analyserons les circulations des savoirs, des supports et des personnes. Comment, à partir des centres et des périphéries, les clercs s'organisent-ils ou non en réseaux ? Comment cette structure hiérarchique mouvante marquée par la notoriété de certaines institutions et formateurs a-t-elle des incidences sur les modes de légitimations ? Nous nous intéresserons aux processus de légitimation organisés par les institutions et validés ou invalidés par les fidèles, et étudierons les nouvelles modalités d'intervention des clercs dans l'espace public ainsi que leurs rapports au champ politique.

Partenaires


  • Laboratoires et personnels associés au séminaire
  • Boissevain, Katia, Idemec, AMU, Aix-en-Provence
  • Boursin, Marie-Laure, CHERPA/Idemec, Sciences Po Aix-en-Provence
  • Frégosi, Franck, CHERPA, Sciences Po Aix-en-Provence
  • Mervin, Sabrina, CéSor, Ehess, Paris
  • Neveu, Norig, Iremam, AMU, Aix-en-Provence

Calendrier prévisionnel


7 séances mensuelles sont prévues, les jeudis matin de 9h30 à midi, avec deux intervenants qui disposent de 45 mn pour exposer leur recherche, suivies de 15 mn de discussion.

 

25 octobre 2018, MMSH, PAF, 14h00-16h30


Séance introductive

  • Franck Frégosi (CHERPA – Sciences Po Aix-en-Provence), Présentation des résultats du programme « L'organisation de l'Islam en France. L'exemple du statut des ministres du culte musulmans dans le cadre des mosquées »
  • Lisa Anteby (Idemec – CNRS), « Défis et débats autour des fonctions religieuses publiques féminines dans le judaïsme orthodoxe ».

29 novembre 2018, Sciences Po Aix – CHERPA, Salle 003, 14h00-16h30


Autorités des clercs en actes et en paroles : entre pratiques et présentation de soi.

  • Marie-Laure Boursin (CHERPA/Idemec – Sciences Po Aix-en-Provence), « Légitimité de l'imam en situation : la khutba en France comme exemple ».
  • Francesco Piraino (Idemec – AMU), « Parcours de vie, formation et présentation de soi des maîtres soufis »

13 décembre 2018, MMSH, DUBY, 09h30-12h00

Les autorités religieuses dans les conversions

  • Sébastien Tank-Stoper (CéSor – Ehess) « Le message, c'est la relation. La conversion comme lieu d'exercice de l'autorité rabbinique »
  • Géraldine Mossière (CEETUM – Université de Montréal) « Nouvelles autorités informelles et "psychologisation" du savoir : le cas des coachs émotionnels auprès des convertis à l'islam au Québec »

17 janvier 2019, Sciences Po Aix – CHERPA, Salle 003, 09h30-12h00

La formation religieuse en contexte

  • Ali Kassem (University of Sussex) « Al-Mustafa International University: can the inclusion of the Social Sciences in Religious Curricula Revitalize Islam? »
  • Sophie Bava (IRD-LPED – AMU) « Formation chrétienne au Maroc : la fabrique d'une théologie de la migration »

7 mars 2019, MMSH, PAF, 09h30-12h00

La grande question des Autorités féminines

  • Emir Mahieddin (CéSor – Ehess) « La parité protestante. La question du pastorat féminin en Suède »
  • Béatrice de Gasquet (URMIS – Université Paris Diderot) « Styles rabbiniques : est-ce le genre ou le courant qui fait la différence ? »

4 avril 2019, Sciences Po Aix – CHERPA, Salle 003, 09h30-12h00

Circulations et autorités transnationales

  • Gabrielle Angey (IRISSO – Université Paris Dauphine), « Maintenir un régime d'autorité dans une institution transnationale 'invisible' : le cas du mouvement Gülen »
  • Norig Neveu (Iremam – CNRS), « Formation, réseaux transnationaux et circulation : les anciens séminaristes de Sainte Anne de Jérusalem au Moyen-Orient dans les années 1920-1940 »

16 mai 2019, MMSH, PAF, 09h30-12h00

Esthétiques religieuses et légitimité normative

  • Séverine Gabry-Thienpont (CREM – LESC), « Cheikh, ra'is ez-zâr, kudiya... Chassés-croisés esthétiques et religieux des officiants du zâr égyptien » 
  • Anis Fariji (Centre Jacques Berque – Rabat) « L'ambivalence des autorités religieuses au Maroc sur la taḥzzabt (une récitation collective du Coran) » 

20 juin 2019, MMSH, PAF, 09h30-12h00

Associations professionnelles des cadres religieux : 2 exemples maghrébins

  • Anna Grasso (CHERPA – Sciences Po Aix-en-Provence) « Syndicalisme, islam et l'imâm dans la Tunisie contemporaine »
  • Charlotte Courreye (CERMOM – INALCO) « Les réseaux de formation de l'Association des Oulémas Musulmans Algériens, des années 1930 à l'Algérie indépendante »