Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Connexion

Archives sonores

Médiathèque SHS

Les Archives sonores de la phonothèque de la MMSH


Accès sur rendez-vous : Tél. au 04 42 52 41 13 | Email : veronique.ginouves@mmsh.univ-amu.fr


Lieu de mémoire vivante, la phonothèque de la MMSH a été créée en 1979 par un ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier, et un historien moderniste, Philippe Joutard.
Elle a pour vocation de réunir les enregistrements du patrimoine sonore qui ont valeur d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire méditerranéenne, documentant des champs peu couverts par les sources conventionnelles, ou les complétant par le point de vue des acteurs ou des témoins.

Ancrages et réseaux

La phonothèque de la MMSH participe à plusieurs réseaux nationaux, européens et nationaux. En France elle participé au Plan national de numérisation entre 1998 et 2005 (Note : à propos de ce plan de numérisation, voir Jean-Pierre Dalbéra, « La recherche au ministère chargé de la Culture (1959-2000) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2005, consulté le 11 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/279 ; DOI : 10.4000/hrc.279) puis à partir de 1999 et jusqu'en 2015 elle a été pôle associé à la Bibliothèque nationale de France en lien avec la Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT) et ARCADE dans le domaine de la littérature orale et de l’ethnomusicologie. Depuis 2011 elle est intégrée au Consortium "Archives des ethnologues" de la TGIR Huma-Num, dont les activités sont en ligne sur le site : https://ethnologia.hypotheses.org. Plusieurs programmes ANR, musées ou associations utilisent ou ont utilisé ses services pour le traitement, la valorisation et l'archivage sur le long terme des archives sonores constituées avec qui elle a signé plusieurs convention comme avec la maison des sciences de l'homme et de la société Sud-Est (Nice), les archives nationales d'Outre-Mer, les archives départementales des Bouches-du-Rhône, l’association Alpes de Lumière (le fonds Pierre Martel), la Compagnie du Lamparo, le parc national des Cévennes, l’association Paroles Vives, le Parc régional du Luberon, le musée des arts et traditions populaires de Château-Gombert, le Museon Arlaten, le Musée ethnologique de Salagon ou le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM).

En Europe, elle participe à la plateforme Europeana, à partir du programme Europeana Sounds, auquel elle a participé entre 2014 et 2017. Europeana Sounds, coordonné par la British Library, a regroupé 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens et ont permis la mise en ligne de plus d'un million d'archives sonores et connexes reflétant la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. La phonothèque participe également à plusieurs collaborations européennes en particulier en Italie. Depuis novembre 2018, un contrat doctoral obtenu par l'ethnomusicologue Matteo Cialone, rend compte des modalités des nouvelles écritures archivistiques entre la France et l'Italie pour les archives sonores de la phonothèque à Aix-en-Provence, et à Rome de la discoteca di Stato et de celle de l'Academia di Santa Cecilia.

A l'international, la phonothèque participe à plusieurs projets, expertises et formations. En Amérique latine où plusieurs collaborations ont été mises en oeuvre, en particulier la traduction en langue espagnole du guide bonne pratique pour le catalogage des données sonores (en libre accès : halshs-00277751). Elle a également participé à différents séminaires, expertises et formations (en langue anglaise et espagnole) en Bolivie (2005, 2008), au Pérou (2006) et en Colombie (2007, 2010, 2011) et au Mexique (2016, 2017, 2018).

Au Moyen-Orient, la phonothèque travaille avec l'Institut français du Proche-Orient et avec la bibliothèque nationale de Jordanie, où elle réalisé des formations et des expertises. Les 29 et 30 mai 2019 la phonothèque participera à l'organisation d'un colloque international sur le thème : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie qui se déroulera à Beyrouth, à la Bibliothèque nationale du Liban et à la Maison de la mémoire Beit Beirut).

Présentation de la phonothèque en langue arabe : https://phonotheque.hypotheses.org/arabic

Ressources documentaires

Le fonds sonore, riche de plus de 8000 heures, est constitué par les dépôts de chercheurs qui travaillent à partir de l’enquête orale et d’associations impliquées dans la sauvegarde du patrimoine régional. Plus de 6000 heures sont numérisées et indexées dans la base Ganoub et 3000 heures sont accessibles dans le respect des règles éthiques et juridiques.

Les thèmes des enquêtes et entretien

Littérature orale et ethnomusicologie

Le fonds offre un recueil important de contes, chansons, facéties, proverbes et de morceaux instrumentaux inscrits dans un discours donnant des indications sur les référents identitaires de la communauté dont ils sont issus. Dans l'approche et la pratique de ces musiques, l’écoute des enquêtes de terrain est essentielle car le musicien se nourrit en permanence de la mémoire orale.  Même si dans ce domaine la pratique vivante en est le garant principal, l'accès et la réécoute de documents de collecte demeurent indispensables quel que soit le type de réinterprétation qui est ensuite proposé. Pour cataloguer le répertoire chanté, la phonothèque utilise les classifications de Patrice Coiraultet de Conrad Laforte. Pour cataloguer le répertoire conté, elle utilise la classification internationale Aarne et Thompson. La recherche sur les titres uniformes de chants et de contes est donc possible sur Ganoub en s’appuyant sur ces outils.

Mémoire du vécu et mémoire historique

Ce sont des témoignages d'hier et d'aujourd'hui, de ce qui fait le quotidien avec ses habitudes (rythmes, rites, travaux, festivités, divertissements) mais aussi ses bouleversements (immigration, exode rural, implantation de zones industrielles, guerres du XXe siècle).  La phonothèque donne à entendre la parole des plus humbles ou des anonymes qui ont traversé l’histoire. A travers des expériences personnelles, sont évoqués des vécus professionnels et ludiques, des formes de sociabilité, des mythes et des croyances. Sur ces thématiques historiques, plusieurs corpus peuvent se croiser sur un même thème (par exemple la guerre d’Algérie), faisant ainsi émerger de nouvelles données. Certains corpus sonores sur cette thématique sont entièrement en ligne comme celui sur la « Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône » (162 heures).

Mémoire, techniques et savoir-faire

De l'expérience et de sa transmission de génération en génération, s'élaborent des techniques, des gestes appropriés, des savoirs et des savoir-faire dont beaucoup se perpétuent, aujourd'hui encore, par la seule oralité. Ils touchent plusieurs domaines : élevage, fabrication d'objets, recettes culinaires et médicinales, techniques de construction... Depuis longtemps, dans notre société, le modèle culturel dominant n’est plus basé sur l’échange direct et les cultures qui utilisent encore l’oral sont marginalisées : l'accès à la source orale introduit une fonction nouvelle de l'archive sonore qui vient se substituer à la transmission d'une culture vouée autrement à disparaître. Sur le thème de l’ethnobotanique par exemple, il est à signaler que le Musée ethnologique de Salagon a mis en ligne plusieurs heures d’enregistrement sur le domaine, à travers Ganoub sous le titre « Enquêtes ethnobotaniques dans les Alpes-de-Haute-Provence ».

Identité linguistique et culturelle

Le fonds offre un échantillonnage riche des parlers du Sud de la France, aussi bien des langues vernaculaires que du français régional. L'intérêt proprement linguistique est accru du fait que nombre d'enquêtes ont porté également sur la conscience linguistique, la vision que les gens ont de leur propre langage. Des collections en langues rares sont également déposées et analysées à la phonothèque. Par exemple, des enregistrements en juba–arabic, collectés par Catherine Miller dans les années 1980 peuvent être écoutés en ligne.

L’actualité de la phonothèque est signalée dans ses Carnets : http://phonotheque.hypotheses.org

La recherche dans les collectionss'effectue sur la base Ganoub : http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr


Consulter les archives du depot legal de l'INA et du CNC

L’InaTHEQUE a été créée en 1995 suite à la loi du 20 juin 1992 étendant l’obligation de dépôt légal à la radio et à la télévision. Cette mission de collecte et de conservation confiée à l’Institut national de l'audiovisuel s'est poursuivie en 2006 avec l’extension au web média. L'accès aux archives de l'InaTHEQUE est possible à la Bibliothèque François Mitterrand à Paris et dans les 6 délégations régionales de l’Ina (Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg et Toulouse), mais aussi - au niveau national - dans une vingtaine de points de consultation qui viennent renforcer le maillage territorial.

Depuis 2016, il est possible de consulter les archives de l'Ina et du Cnc (Centre national du cinéma) à la médiathèque de la MMSH dans le cadre d’une collaboration qui vise l’ouverture de l’accès à ces ressources au monde académique. Deux "postes de consultation multimédia" ou PCM sont en libre accès (ou sur réservation à : champaloux@mmsh.univ-aix.fr ou par téléphone au 00-33-442524113), ils s’adressent aux chercheurs, enseignants chercheurs, étudiants et plus largement à tous les curieux.

Que trouve-t-on sur les PCM ?

Les PCM de l’Ina permettent la consultation des archives conservées au titre du dépôt légal. En quelques chiffres, les PCM ce sont plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision répartis sur 120 chaînes captées 24h/24 et 365j/an ; 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année ; 13 000 sites web média ; 34 000 titres de cinéma. Cette offre s’enrichit de manière exponentielle régulièrement et ouvre la voie à de nouvelles possibilités pour la recherche et les pratiques du numérique en sciences humaines et sociales.

En savoir plus : http://imageson.hypotheses.org/category/recherches-valorisations/ina-theque